Coin des lecteurs


 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LIvre de 20 pages de belles histoires de la vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
solène
Bien
Bien


Nombre de messages : 8839
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: LIvre de 20 pages de belles histoires de la vie    Lun 25 Sep - 18:41



Reprends courage!!!



Alors que nous croyons être au bout de nos ressources
et que le courage nous abandonne, un miracle se produit.
Nous avons épuisé nos possibilités logiques de raisonnements
et d’action, et nous sommes prêts à abdiquer :
nous déclarons que nous ne pouvons plus continuer.

Et soudain, hors du courant universel de vie, la solution jaillit,
a bonne personne se présente sur notre route, les forces nous reviennent.


Que s’est-il passé ?
C’est simple : nous avons enfin donné une chance à la vie d’apporter ses solutions.

Tant que nous prétendons tout régler nous-mêmes, la sagesse universelle nous laisse aller,
comme un parent attendri regarde son enfant se démener pour se remettre sur ses jambes.

Quand, à bout de forces, nous lâchons prise, elle se penche sur nous et
nous montre gentiment le chemin pour sortir de l’impasse.

Quel que soit notre degré de découragement,sachons que nous ne sommes pas seuls.

Ne nous débattons plus et acceptons d’être guidés.

"Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage"

(Henri Michaux)


" Si l'escalier est long et monte durement, on s'arrête pour " souffler " un peu.
Dans la vie aussi, il faut des arrêts pour reprendre haleine
: silence, réflexion, prière.
Et après on recommence avec plus de courage à monter ! "




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecture-priver.realbb.net/forum.htm
solène
Bien
Bien


Nombre de messages : 8839
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Re: LIvre de 20 pages de belles histoires de la vie    Lun 25 Sep - 18:43



Complainte d'une convalescence en mai

Nous n'avons su toutes ces choses qu'après sa mort.
Vie de Pascal par Mme Perier
Convalescent au lit, ancré de courbatures,
Je me plains aux dessins bleus de ma couverture,
Las de reconstituer dans l'art du jour baissant
Cette dame d' en face auscultant les passants :

Si la Mort, de son vivant, avait chosé mon être,
En serait-elle moins, ce soir, à sa fenêtre ? ...

Oh ! mort, tout mort ! Au plus jamais, au vrai néant
Des nuits où piaule en longs regrets un chant-huant !

Et voilà que mon Âme est tout hallucinée !
Mais s'abat, sans avoir fixé sa destinée.

Ah ! Que de soirs de mai pareils à celui-ci,
Que la vie est égale; et le coeur endurci !

Je me sens fou d'un tas de petites misères.
Mais maintenant, je sais ce qu'il me reste à faire.

Qui m'a jamais rêvé ? Je voudrais le savoir !
Elles vous sourient avec âme, et puis bonsoir,

Ni vu ni connu. Et les voilà qui rebrodent
Le canevas ingrat de leur âme à la mode ;

Fraîches à tous, et puis reprenant leur air sec
Pour les christs déclassés et autres gens suspects

Et pourtant, le béni grand bol de lait de ferme
Que me serait un baiser sur sa bouche ferme !

Je ne veux accuser personne, bien qu'on eût
Pu, ce me semble, mon bon cœur étant connu...

N'est-ce pas ; nous savons ce qu'il nous reste à faire,
Ô cœur d' or pétri d'aromates littéraires,

Et toi, cerveau confit dans l'alcool de l'orgueil !
Et qu'il faut procéder d'abord par demi-deuils...

Primo : mes grandes angoisses métaphysiques
Sont passées à l'état de chagrins domestiques ;

Deux ou trois spleens locaux. -ah ! Pitié, voyager
Du moins, pendant un an ou deux à l'étranger...

Plonger mon front dans l'eau des mers, aux matinées
Torrides, m'en aller à petites journées,

Compter les clochers, puis m'asseoir, ayant très chaud,
Aveuglé des maisons peintes au lait de chaux...

Dans les Indes du rêve aux pacifiques Ganges,
Que j'en ai des comptoirs, des hamacs de rechange !

-Voici l'œuf à la coque et la lampe du soir.
Convalescence bien folle, comme on peut voir.

Jules Laforgue


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecture-priver.realbb.net/forum.htm
solène
Bien
Bien


Nombre de messages : 8839
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Re: LIvre de 20 pages de belles histoires de la vie    Lun 25 Sep - 18:45



Les gros cailloux de la vie !

Un jour, un vieux professeur de l'École nationale d'administration
publique (ENAP) fut engagé pour donner une formation sur La
planification efficace de son temps à un groupe d'une quinzaine de
dirigeants de grosses compagnies nord-américaines. Ce cours
constituait l'un des cinq ateliers de leur journée de formation. Le
vieux prof n'avait donc qu'une heure pour "passer sa matière ".

Debout, devant ce groupe d'élite (qui était prêt à noter tout ce que
l'expert allait enseigner), le vieux prof les regarda un par un,
lentement, puis leur dit : "Nous allons réaliser une expérience".

De dessous la table qui le séparait de ses élèves, le vieux prof
sortit un immense pot Mason d'un gallon (pot de verre de plus de 4
litres) qu'il posa délicatement en face de lui. Ensuite, il sortit
environ une douzaine de cailloux a peu près gros comme des balles de
tennis et les plaça délicatement, un par un, dans le grand pot.
Lorsque le pot fut rempli jusqu'au bord et qu'il fut impossible d'y
ajouter un caillou de plus, il leva lentement les yeux vers ses élèves

et leur demanda :

"Est-ce que ce pot est plein?".

Tous répondirent : "Oui".

Il attendit quelques secondes et ajouta : "Vraiment?".

Alors, il se pencha de nouveau et sortit de sous la table un récipient

rempli de gravier. Avec minutie, il versa ce gravier sur les gros
cailloux puis brassa légèrement le pot. Les morceaux de gravier
s'infiltrèrent entre les cailloux... jusqu'au fond du pot.

Le vieux prof leva à nouveau les yeux vers son auditoire et redemanda
: "Est-ce que ce pot est plein?". Cette fois, ses brillants élèves
commençaient à comprendre son manège.

L'un d'eux répondît: "Probablement pas!".

"Bien!" répondit le vieux prof.

Il se pencha de nouveau et cette fois, sortit de sous la table une
chaudière de sable. Avec attention, il versa le sable dans le pot. Le
sable alla remplir les espaces entre les gros cailloux et le gravier.
Encore une fois, il demanda : "Est-ce que ce pot est plein?".

Cette fois, sans hésiter et en choeur, les brillants élèves
répondirent :

"Non!".

"Bien!" répondît le vieux prof.

Et comme s'y attendaient ses prestigieux élèves, il prit le pichet
d'eau qui était sur la table et remplit le pot jusqu'a ras bord. Le
vieux prof leva alors les yeux vers son groupe et demanda : "Quelle
grande vérité nous démontre cette expérience? "

Pas fou, le plus audacieux des élèves, songeant au sujet de ce cours,
répondît : "Cela démontre que même lorsque l'on croit que notre agenda
est complètement rempli, si on le veut vraiment, on peut y ajouter
plus de rendez-vous, plus de choses à faire ".

"Non" répondit le vieux prof. "Ce n'est pas cela. La grande vérité que
nous démontre cette expérience est la suivante: si on ne met pas les
gros cailloux en premier dans le pot, on ne pourra jamais les faire
entrer tous ensuite". Il y eut un profond silence, chacun prenant
conscience de l'évidence de ces propos.


Le vieux prof leur dit alors :
"Quels sont les gros cailloux dans
votre vie?"
"Votre santé?"
"Votre famille?"
"Vos ami(e)s?"
"Réaliser vos rêves?"
"Faire ce que vous aimez?"
"Apprendre?"
"Défendre une cause?"
"Relaxer?"
"Prendre le temps...?"
"Ou... toute autre chose?"


"Ce qu'il faut retenir, c'est l'importance de mettre ses GROS CAILLOUX
en premier dans sa vie, sinon on risque de ne pas réussir...sa vie. Si
on donne priorité aux peccadilles (le gravier, le sable), on remplira
sa vie de peccadilles et on n'aura plus suffisamment de temps précieux
à consacrer aux éléments importants de sa vie.

Alors, n'oubliez pas de vous poser à vous-même la question :
"Quels sont les GROS CAILLOUX dans ma vie?"
Ensuite, mettez-les en premier dans votre pot (vie)"
D'un geste amical de la main, le vieux professeur salua son auditoire
et lentement quitta la salle.

Auteur inconnu

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecture-priver.realbb.net/forum.htm
solène
Bien
Bien


Nombre de messages : 8839
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Re: LIvre de 20 pages de belles histoires de la vie    Lun 25 Sep - 18:47

L'indigestion de Shiosuy

Shiosuy s'était retiré du monastère pour trouver la paix
dans la méditation. Les autres moines l'empêchait de se
concentrer.

Il s'agenouilla sous un saule, au bord de la rivière.
Mais bientôt les « flic-floc » des poissons gobant les
mouches à la surface de l'eau le troublèrent.

Il se concentra de nouveau, en tentant de puiser en son
for intérieur la tranquillité qui sied à la méditation.
Mais il n'y parvint pas, car les oiseaux s'étaient mis à
chanter dans le saule.

Furieux, Shiosuy se leva et pêcha tous les poissons,
puis chassa tous les oiseaux avant de les dévorer.

Mal lui en prit, car une indigestion l'empêcha de méditer
pendant les trois jours qui suivirent son festin.

Avez-vous déjà songé que vos colères ne sont presque
jamais provoquées par les objets ou les personnes qui vous
entourent, mais qu'elles ont leur épicentre dans votre esprit ?

Fuir ou épancher votre fureur sur un objet ou sur autrui ne
vous servira à rien : le trouble est dans votre esprit et le
calme aussi.

..........................................................

« Si tu dois vivre parmi le tumulte, ne lui livre jamais
ton corps. Garde ton âme calme et retirée. C'est un
sanctuaire où tu trouveras, quand tu le voudras le bonheur. »
Alexandra David-Neel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecture-priver.realbb.net/forum.htm
solène
Bien
Bien


Nombre de messages : 8839
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Re: LIvre de 20 pages de belles histoires de la vie    Lun 25 Sep - 18:48



8

Époussetage




"Une maison devient un foyer quand on peut écrire
"Je vous aime" sur les meubles."

Je ne peux vous dire combien d'heures j'ai passées à FAIRE LE MÉNAGE !

J'avais l'habitude d'y consacrer au moins 8 heures chaque fin de semaine
m'assurant que tout était parfait
« au cas où quelqu'un viendrait. »
Puis un jour, j'ai réalisé que personne ne viendrait.
Tout le monde était dehors à vivre sa vie et à avoir du plaisir !

Maintenant, lorsque les gens me rendent visite,
je n'éprouve plus le besoin de récurer ma maison de fond en comble.
Ils sont davantage intéressés à m'écouter leur raconter ce que j'ai fait pendant que j'étais dehors
à jouir de ma vie et à avoir du plaisir.
Et si vous n'avez jamais pensé faire pareil, laissez-moi vous donner ce conseil :
la vie est courte. Jouissez-en !

Époussetez si vous le devez, mais ne vaudrait-il pas mieux peindre un portrait ou écrire une lettre,
préparer un gâteau ou planter une semence,
méditer sur la différence entre volonté et nécessité ?

Époussetez si vous le devez, mais en avez-vous le temps,
avec tous ces appels provenant de ces rivières qui vous invitent à nager, de ces montagnes à grimper,
de cette musique à écouter et de ces livres à lire,
de ces amis à chérir et de la vie à vivre ?

Époussetez si vous le devez, mais le monde vous attend dehors vous offrant
le soleil qui brillera dans vos yeux, le vent qui caressera vos cheveux,
un flocon de neige, une douce ondée.
Ce jour à jamais passera et ne reviendra plus.

Époussetez si vous le devez, mais gardez à l'esprit que la vieillesse
arrivera à son heure et que vous ne lui échapperez pas.
Et que lorsque vous partirez, et vous devrez partir,
rien ne l'empêchera, vous, et à vous seul,

vous générerez tellement de poussière !

Partagez ceci avec toutes les merveilleuses femmes du monde !


Ce n'est pas ce que vous amassez mais bien ce que vous éparpillez
qui témoignera de la vie que vous avez vécue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecture-priver.realbb.net/forum.htm
solène
Bien
Bien


Nombre de messages : 8839
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Re: LIvre de 20 pages de belles histoires de la vie    Lun 25 Sep - 18:50



9

Le mur


Deux hommes, tous les deux gravement malades, occupaient la même chambre d'hôpital.

L'un d'eux devait s'asseoir dans son lit pendant une heure chaque après-midi afin d'évacuer les sécrétions de ses poumons, son lit était à coté de la seule fenêtre de la chambre.

L'autre devait passer ses journées couché sur le dos. Les deux compagnons d'infortune se parlaient pendant des heures. Ils parlaient de leurs épouses et de leurs familles, décrivaient leur maison, leur travail, leur participation dans le service militaire et les endroits ou ils avaient été en vacances.

Et chaque après-midi, quand l'homme dans le lit près de la fenêtre pouvait s'asseoir, il passait le temps à décrire à son compagnon de chambre tout ce qu'il voyait dehors.

L'homme dans l'autre lit commença à vivre pendant ces périodes d'une heure où son monde était élargi et égayé par toutes les activités et les couleurs du monde extérieur.

De la chambre, la vue donnait sur un parc avec un beau lac, les canards et les cygnes jouaient sur l'eau tandis que les enfants faisaient voguer leurs

bateaux en modèles réduits. Les amoureux marchaient bras dessus, bras dessous, parmi des fleurs aux couleurs de l'arc-en-ciel, de grands arbres décoraient le paysage et on pouvait apercevoir au loin la ville se dessiner

Pendant que l'homme près de la fenêtre décrivait tous ces détails, l'homme de l'autre coté de la chambre fermait les yeux et imaginait la scène pittoresque.

Lors d'un bel après-midi, l'homme près de la fenêtre décrivit une parade qui passait par-là. Bien que l'autre homme n'ait pu entendre l'orchestre, il pouvait le voir avec les yeux de son imagination, tellement son compagnon le dépeignait de façon vivante.

Les jours et les semaines passèrent.

Un matin, à l'heure du bain, l'infirmière trouva le corps sans vie de l'homme près de la fenêtre, mort paisiblement dans son sommeil.

Attristée, elle appela les préposés pour qu'ils viennent prendre le corps.

Dès qu'il sentit que le moment était approprié, l'autre homme demanda s'il pouvait être déplacé à coté de la fenêtre.

L'infirmière, heureuse de lui accorder cette petite faveur, s'assura de son confort,
puis elle le laissa seul.

Lentement, péniblement, le malade se souleva un peu, en s'appuyant sur un coude pour jeter son premier coup d'oeil dehors.

Enfin, il aurait la joie de voir par lui-même ce que son ami lui avait décrit.

Il s'étira pour se tourner lentement vers la fenêtre près du lit.

Or, tout ce qu'il vit, fut un mur !

L'homme demanda à l'infirmière pourquoi son compagnon de chambre décédé lui avait dépeint une toute autre réalité.

L'infirmière répondit que l'homme était aveugle et ne pouvait même pas voir le mur.

Peut-être a-t-il seulement voulu vous encourager, commenta-t-elle.





Epilogue :

Il y a un bonheur extraordinaire à rendre d'autres heureux,
en dépit de nos propres épreuves.

La peine partagée réduit de moitié la douleur,
mais le bonheur, une fois partagé, s'en trouve doublé.

Si vous voulez vous sentir riche, vous n'avez qu'à compter,
parmi toutes les choses que vous possédez,
celles que l'argent ne peut acheter.

Aujourd'hui est un cadeau, c'est pourquoi on l'appelle présent.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecture-priver.realbb.net/forum.htm
solène
Bien
Bien


Nombre de messages : 8839
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Re: LIvre de 20 pages de belles histoires de la vie    Lun 25 Sep - 18:53



Les 3 Portes de la sagesse

Un Roi avait pour fils unique un jeune Prince
courageux, habile et intelligent. Pour parfaire
son apprentissage de la Vie, il l'envoya auprès
d'un Vieux Sage.

"Eclaire-moi sur le Sentier de la Vie", demanda
le Prince.

"Mes paroles s'évanouiront comme les traces
de tes pas dans le sable, répondit le Sage. Cependant
je veux bien te donner quelques indications. Sur ta
route, tu trouveras 3 portes. Lis les préceptes
indiqués sur chacune d'entre elles. Un besoin
irrésistible te poussera à les suivre. Ne cherche
pas à t'en détourner, car tu serais condamné à
revivre sans cesse ce que tu aurais fui. Je ne puis
t'en dire plus. Tu dois éprouver tout cela dans
ton coeur et dans ta chair. Va, maintenant. Suis
cette route, droit devant toi."

Le Vieux Sage disparut et le Prince s'engagea
sur le Chemin de la Vie.

Il se trouva bientôt face à une grande porte sur
laquelle on pouvait lire "CHANGE LE MONDE".

"C'était bien là mon intention, pensa le Prince,
car si certaines choses me plaisent dans ce monde,
d'autres ne me conviennent pas." Et il entama son
premier combat. Son idéal, sa fougue et sa vigueur
le poussèrent à se confronter au monde, à entreprendre,
à conquérir, à modeler la réalité selon son désir.
Il y trouva le plaisir et l'ivresse du conquérant,
mais pas l'apaisement du coeur. Il réussit à changer
certaines choses mais beaucoup d'autres lui résistèrent.
Bien des années passèrent.

Un jour il rencontra le Vieux Sage qui lui demande :
"Qu'as-tu appris sur le chemin ?" "J'ai appris,
répondit le Prince, à discerner ce qui est en mon
pouvoir et ce qui m'échappe, ce qui dépend de moi
et ce qui n'en dépend pas". "C'est bien, dit le
Vieil Homme. Utilise tes forces pour agir sur ce
qui est en ton pouvoir. Oublie ce qui échappe à
ton emprise." Et il disparut.

Peu après, le Prince se trouva face à une seconde
porte. On pouvait y lire "CHANGE LES AUTRES".
"C'était bien là mon intention, pensa-t-il.
Les autres sont source de plaisir, de joie et
de satisfaction mais aussi de douleur, d'amertume
et de frustration." Et il s'insurgea contre tout
ce qui pouvait le déranger ou lui déplaire chez
ses semblables. Il chercha à infléchir leur
caractère et à extirper leurs défauts.
Ce fut là son deuxième combat.
Bien des années passèrent.

Un jour, alors qu'il méditait sur l'utilité
de ses tentatives de changer les autres, il croisa
le Vieux Sage qui lui demanda : "Qu'as-tu appris
sur le chemin ?" "J'ai appris, répondit le Prince,
que les autres ne sont pas la cause ou la source
de mes joies et de mes peines, de mes satisfactions
et de mes déboires. Ils n'en sont que le
révélateur ou l'occasion. C'est en moi que
prennent racine toutes ces choses." "Tu as raison,
dit le Sage. Par ce qu'ils réveillent en toi,
les autres te révèlent à toi-même. Soit
reconnaissant envers ceux qui font vibrer en
toi joie et plaisir. Mais sois-le aussi envers
ceux qui font naître en toi souffrance ou
frustration, car à travers eux la Vie t'enseigne
ce qui te reste à apprendre et le chemin que tu
dois encore parcourir." Et le Vieil Homme disparut.

Peu après, le Prince arriva devant une porte
où figuraient ces mots "CHANGE-TOI TOI-MEME".
"Si je suis moi-même la cause de mes problèmes,
c'est bien ce qui me reste à faire," se dit-il.
Et il entama son 3ème combat. Il chercha
à infléchir son caractère, à combattre ses
imperfections, à supprimer ses défauts, à changer
tout ce qui ne lui plaisait pas en lui, tout
ce qui ne correspondait pas à son idéal.
Après bien des années de ce combat où il connut
quelque succès mais aussi des échecs et des
résistances, le Prince rencontra le Sage qui lui
demanda :

Qu'as-tu appris sur le chemin ?"

"J'ai appris, répondit le Prince, qu'il y a en
nous des choses qu'on peut améliorer, d'autres
qui nous résistent et qu'on n'arrive pas à
briser."

"C'est bien," dit le Sage.

"Oui, poursuivit le Prince, mais je commence à
être las de ma battre contre tout, contre tous,
contre moi-même. Cela ne finira-t-il jamais ?
Quand trouverai-je le repos ? J'ai envie de
cesser le combat, de renoncer, de tout abandonner,
de lâcher prise." "C'est justement ton prochain
apprentissage, dit le Vieux Sage. Mais avant
d'aller plus loin, retourne-toi et contemple
le chemin parcouru." Et il disparut.

Regardant en arrière, le Prince vit dans le
lointain la 3ème porte et s'aperçut qu'elle
portait sur sa face arrière une inscription qui disait

"ACCEPTE-TOI TOI-MEME."

Le Prince s'étonna de ne point avoir vu cette
inscription lorsqu'il avait franchi la porte la
première fois, dans l'autre sens. "Quand on combat
on devient aveugle, se dit-il." Il vit aussi,
gisant sur le sol, éparpillé autour de lui,
tout ce qu'il avait rejeté et combattu en lui :
ses défauts, ses ombres, ses peurs, ses limites,
tous ses vieux démons. Il apprit alors à les
reconnaître, à les accepter, à les aimer.
Il apprit à s'aimer lui-même sans plus se comparer,
se juger, se blâmer.
Il rencontra le Vieux Sage qui lui demanda :

"Qu'as-tu appris sur le chemin ?"

"J'ai appris, répondit le Prince, que détester
ou refuser une partie de moi, c'est me condamner
à ne jamais être en accord avec moi-même.
J'ai appris à m'accepter moi-même, totalement,
inconditionnellement."

"C'est bien, dit le Vieil Homme, c'est la première
Sagesse. Maintenant tu peux repasser la 3ème
porte."

A peine arrivé de l'autre côté, le Prince
aperçut au loin la face arrière de la seconde
porte et y lut

"ACCEPTE LES AUTRES".

Tout autour de lui il reconnut les personnes
qu'il avait côtoyées dans sa vie ; celles qu'il
avait aimées comme celles qu'il avait détestées.
Celles qu'il avait soutenues et celles qu'il avait
combattues. Mais à sa grande surprise, il était
maintenant incapable de voir leurs imperfections,
leurs défauts, ce qui autrefois l'avait tellement
gêné et contre quoi il s'était battu.

Il rencontra à nouveau le Vieux Sage. "Qu'as-tu
appris sur le chemin ?" demanda ce dernier.
J'ai appris, répondit le Prince, qu'en étant en
accord avec moi-même, je n'avais plus rien à
reprocher aux autres, plus rien à craindre d'eux.
J'ai appris à accepter et à aimer les autres
totalement, inconditionnellement." "C'est bien,"
dit le Vieux Sage. C'est la seconde Sagesse.
Tu peux franchir à nouveau la deuxième porte.

Arrivé de l'autre côté, le Prince aperçut la
face arrière de la première porte et y lut

"ACCEPTE LE MONDE".

Curieux, se dit-il, que je n'aie pas vu cette
inscription la première fois. Il regarda autour
de lui et reconnut ce monde qu'il avait cherché à
conquérir, à transformer, à changer. Il fut frappé
par l'éclat et la beauté de toute chose. Par leur
perfection. C'était pourtant le même monde
qu'autrefois. Etait-ce le monde qui avait changé
ou son regard ?
Il croisa le Vieux Sage qui lui demanda.

"Qu'as-tu appris sur le chemin ?"

"J'ai appris, dit le Prince, que le monde
est le miroir de mon âme. Que mon âme ne voit
pas le monde, elle se voit dans le monde.
Quand elle est enjouée, le monde lui semble gai.
Quand elle est accablée, le monde lui semble
triste. Le monde, lui, n'est ni triste ni gai.
Il est là ; il existe ; c'est tout. Ce n'était
pas le monde qui me troublait, mais l'idée que
je m'en faisais. J'ai appris à accepter sans
le juger, totalement, inconditionnellement."

C'est la 3ème Sagesse, dit le Vieil Homme.
Te voilà à présent en accord avec toi-même, avec
les autres et avec le Monde." Un profond sentiment
de paix, de sérénité, de plénitude envahit le
Prince. Le Silence l'habita. "Tu es prêt,
maintenant, à franchir le dernier Seuil, dit
le Vieux Sage, celui du passage du silence de
la plénitude à la Plénitude du Silence".


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecture-priver.realbb.net/forum.htm
Admin: Jackie
Admin


Nombre de messages : 3234
Date d'inscription : 28/08/2006

MessageSujet: Re: LIvre de 20 pages de belles histoires de la vie    Ven 29 Sep - 10:15



soyons heureux!!!!!!

Va, reste calme au milieu du bruit et de l'impatience et
souviens-toi de la paix qui découle du silence.

Si tu le peux, mais sans renoncement, sois en bons termes
avec tout le monde; dis ce que tu penses, clairement,
simplement; et écoute les autres, même les sots et les
ignorants, car eux aussi ont quelque chose à dire.

Evite les gens grossiers et violents car ils ne sont que
tourments pour l'esprit. Si tu te compares aux autres tu
pourras devenir vaniteux ou amer; mais sache qu'ici-bas,
il y aura toujours quelqu'un de plus grand ou de plus petit
que toi.

Sois fier de ce que tu as fait et de ce que tu veux faire.
Aime ton métier, même s'il est humble; c'est un bien précieux
en notre époque troublée. Sois prudent dans le monde des
affaires, car on pourrait te jouer de vilains tours. Mais
que ceci ne te rende pas aveugle; bien des gens luttent pour
un idéal et partout sur la terre on meurt pour ce que l'on
croit.

Sois toi-même, surtout dans tes affections. Fuis le cynisme
en amour car il est un signe de sécheresse du coeur et de
désenchantement.

Que l'âge t'apporte la sagesse et te donne la joie d'avoir
des jeunes autour de toi. Sois fort pour faire face aux
malheurs de la vie; mais ne te détruis pas avec ton
imagination; bien des peurs prennent naissance dans la
fatigue et la solitude. Et, malgré la discipline que tu
t'imposes, sois bon envers toi-même.

Tu es un enfant de l'univers, tout comme les arbres et les
étoiles et tu as le droit d'être ici; et même si cela n'est
pas clair en toi, tu dois être sûr que tout se passe dans
l'univers comme c'est écrit. Par conséquent, sois en paix
avec ton Dieu quelle que soit en toi son image, et à travers
ton travail et tes aspirations, au milieu de la confusion
de la vie, sois en paix avec ton âme.

Dis-toi qu'en dépit de ses faussetés, de ses ingratitudes,
de ses rêves brisés, le monde est tout de même merveilleux.
Sois prudent. Et tâche d'être heureux.

(Traduction d'un texte gravé sur l'église Saint-Paul de
Baltimore.)

"Exige beaucoup de toi-même et attends peu des autres.
Ainsi beaucoup d'ennuis te seront épargnés."
Confucius

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecture-priver.realbb.net/forum.htm
Admin: Jackie
Admin


Nombre de messages : 3234
Date d'inscription : 28/08/2006

MessageSujet: Re: LIvre de 20 pages de belles histoires de la vie    Ven 29 Sep - 10:23



Réalisez vos Rêves !!!

Si vous avez des problèmes
qui vous provoquent des maux de tête...
Et si vous sentez que votre vie ne tient qu’à un fil...
Et vous remarquez que votre peau commence
à se fripper et que vous vieillissez...


Et que vous n’avez plus de force
pour les combats journaliers ...
Restez tranquilles et réfléchissez un peu…
À vos amis et à tous ceux qui vous aiment….
Vous verrez que tout n’est pas mauvais et noir….


Sortez toutes les pensées noires
et dépressives de votre tête...
Et vous verrez que les nuits les plus noires
deviennent claires et brillantes


Vous comprendrez que le ciel s’ouvrira
à tous ceux qui croient en un meilleur avenir
et qui veulent se battre...
Réalisez vos Rêves !!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecture-priver.realbb.net/forum.htm
Admin: Jackie
Admin


Nombre de messages : 3234
Date d'inscription : 28/08/2006

MessageSujet: Re: LIvre de 20 pages de belles histoires de la vie    Ven 29 Sep - 10:28



Amoureux de la vie!!!!!!

L'amoureux de la vie tient la vie dans sa main
Comme un anneau de fiancée;
L'amoureux de la vie marche comme un vainqueur;
L'amoureux de la vie tient la vie dans sa main
Comme au creux des coteaux repose le soleil.

Celui qui la convoite, orgeuilleux, la brandit
Comme une torche dans la nuit;
Celui qui la convoite est comme un mort-vivant
Qui brandit cette torche au coeur des nuits obscures,
Fuyant le vent du large et l'éclat du soleil

Pour l'amour de la vie
Et parce qu'elle est douce,
Celui qui la convoite
S'y cramponne éperdu.
Pour l'amour de la vie
Et parce qu'elle est belle
L'amoureux de la vie
L'éparpille à tous vents.

L'amoureux de la vie sait le prix de son oeuvre,
Il y trouve sa paix;
Celui qui la convoite implore un intersigne
Qui lui promette l'abndance.

Celui qui la convoite a dans son coeur glacé
Moissonné le néant;
L'amoureux de la vie voit Dieu dans notre argile
Et sa grâce dans notre coeur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecture-priver.realbb.net/forum.htm
Admin: Jackie
Admin


Nombre de messages : 3234
Date d'inscription : 28/08/2006

MessageSujet: Re: LIvre de 20 pages de belles histoires de la vie    Ven 29 Sep - 10:35



Les ami(e)s

Ceux qui, avant n'étaient pas amis(es),
et qui le sont maintenant.
Je suspends le nom de celui qui me donne,
petite ou grande, une véritable amitié.
Seigneur, fais que les branches de mon arbre
s'étendent pour accueillir des amis(es) de tout le monde.
Que les racines soient profondes,
afin de résister au vent et aux coups durs de la vie.
Fais que mon arbre s'élève vers le ciel, libre et courageux.
Bonne Journée mes Amis(es)




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecture-priver.realbb.net/forum.htm
Admin: Jackie
Admin


Nombre de messages : 3234
Date d'inscription : 28/08/2006

MessageSujet: Re: LIvre de 20 pages de belles histoires de la vie    Ven 29 Sep - 10:38



la carte du succes!!



E ntouré de gens positifs

N e pas déroger de l'objectif principal

T out faire pour atteindre le succès

H umainement capable de franchir des étapes

O ublier les embûches et les obstacles

U nifier ses forces avec d'autres personnes

S implifier ce qui est compliqué

I déaliser son travail

A dmettre que l'on peut faire des erreurs

S avoir se récompenser

M inimiser le coût du risque

E nsemble vers un but commun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecture-priver.realbb.net/forum.htm
Admin: Jackie
Admin


Nombre de messages : 3234
Date d'inscription : 28/08/2006

MessageSujet: Re: LIvre de 20 pages de belles histoires de la vie    Ven 29 Sep - 10:41





Les personnes de plus de 40 ans


Les personnes de plus de 40 ans devraient être mortes.
En se basant sur les standards actuels, les sociologues croient que les "
baby boomers " qui étaient des enfants pendant les années 1940 à 1960 ne
devraient plus être vivants...



Nos berceaux aux couleurs vives étaient couverts de peinture à base de plomb.
Il n'y avait pas de couvercles ou de bouchons de sécurité à l'épreuve des
enfants sur les bouteilles de médicaments, portes et armoires.
Lorsque nous nous promenions à bicyclette, nous ne portions jamais de
casques.
Nous voyagions en auto avec nos parents sans jamais porter de ceinture de
sécurité et l'auto n'était pas équipée de sacs gonflables.
Nous buvions de l'eau directement du boyau d'arrosage du jardin et non
d'une bouteille.
Horreur !!!



Nous mangions des gâteaux, du vrai pain, du beurre et des boissons gazeuses
avec du vrai sucre, mais nous n'étions jamais obèses parce que nous
passions tout notre temps à jouer dehors.
Nous partagions une bouteille de Pepsi avec quatre de nos amis en buvant
directement de la bouteille et personne n'en est mort.

Nous passions des heures à bâtir des " go-carts " à partir de rebuts et
ensuite nous descendions une grande côte pour nous apercevoir, rendus en
bas, que nous avions oublié d'installer les freins. Après avoir dérapé dans
les buissons une couple de fois, nous apprenions à résoudre le problème.
Nous sortions de la maison le matin et jouions toute la journée dehors en
autant que nous étions de retour avant que les lampadaires s'allument.
Personne ne pouvait nous rejoindre de la journée. Pas de cellulaire ni de
télé-avertisseur...
Impensable !



Nous ne connaissions pas les Playstation, Nintendo 64, X-Boxes, ni les
jeux vidéo, il n'y avait pas 99 canaux sur le câble, pas de vidéo,
pas de téléphone cellulaire, pas d'ordinateur ou de "chat" internet.
Nous avions des amis ! Nous allions dehors et ils étaient là !

Nous tombions des arbres, nous nous blessions aux mains ou au visage, nous
nous brisions un os et ou quelques dents et pourtant, personne n'était
poursuivi pour tout ça. C'étaient seulement des accidents.
Personne n'était à blâmer, sauf nous-même.



Nous nous battions à coups de poing. Nous en récoltions des yeux au beurre
noir et nous apprenions à passer ensemble au travers de nos disputes.
Nous mangions des vers de terre et des tartes "à la bouette"...et malgré
les avertissements, aucun oeil supplémentaire n'a " poussé "
dans notre visage
... et les vers de terre ne sont pas restés dans notre estomac pour toujours.

Nous allions chez des amis sans d'abord leur téléphoner, frappions à la
porte, ou entrions simplement dans la maison pour jouer avec eux.
En classe, quelques élèves n'étaient pas aussi doués que les autres ...
alors ils ne réussissaient pas leur année et devaient la recommencer.
Horreur !
Les résultats des tests n'étaient jamais " ajustés " .... pour aucune raison.


Finalement, cette génération a produit les plus grand " preneurs de risque"
de tous les temps. Les dernières 50 années ont produit une explosion
d'inventions et de nouvelles idées. Nous avions la liberté, les succès, les
échecs, la responsabilité et
nous avons appris à vivre avec tout ça.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecture-priver.realbb.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LIvre de 20 pages de belles histoires de la vie    

Revenir en haut Aller en bas
 
LIvre de 20 pages de belles histoires de la vie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BELLES HISTOIRES D'ENID BLYTON
» Les belles histoires d'EB
» Les belles histoires de Lisette et Caroline ...besoin d'aide
» Vos plus belles histoires d'horreur !!!
» Les belles histoires de Pomme d'Api

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coin des lecteurs :: LECTURE POUR TOUS :: Coin positif-
Sauter vers: